Phénomènes marquant un tournant pour le secteur postal

Actuellement, le secteur postal mondial fait face à plusieurs phénomènes qui marquent un tournant et ont un impact sur sa façon de fonctionner aujourd’hui et dans l’avenir. Ces phénomènes sont les suivants:

1.      Changement des modèles d’activité

Les modèles d’activité des opérateurs postaux évoluent et passent d’activités centrées sur le courrier à des activités non liées au courrier. Ce changement se reflète dans la composition modifiée des revenus postaux. Auparavant, la plus grande partie des revenus était générée par les produits de la poste aux lettres. Désormais, les revenus postaux émanent de plus en plus d’autres sources telles que les services logistiques et financiers. Ainsi, depuis 2013, moins de 50% des revenus des 20 postes les plus importantes du monde proviennent du courrier.

2.      Evolution de la composition du trafic postal

Alors que les volumes de la poste aux lettres diminuent, les quantités de colis augmentent régulièrement. Avec l’essor du commerce électronique, les envois traités dans le réseau postal sont de moins en moins des documents et de plus en plus des marchandises. Par exemple, le tonnage international transporté sur l’ensemble du réseau postal mondial a augmenté de plus de 48% au cours des trois dernières années, ce qui représente un taux de croissance annuel combiné supérieur de 14% entre 2011 et 2014.

3.      Evolution de l’architecture du réseau postal

Les bureaux de poste et les systèmes traditionnels de distribution sont transformés ou remis en question par de nouvelles architectures et de nouveaux modèles de distribution. Plusieurs grands commerçants en ligne sont en train de développer des alternatives sous la forme de réseaux de distribution le jour même.

4.      Changement de modes de consommation

Les consommateurs se tournent de plus en plus vers le commerce en ligne et modifient leurs habitudes de consommation, basculant d’un lieu fixe hors ligne vers une plate-forme mobile connectée vingt-quatre heures sur vingt-quatre. En outre, leur capacité à produire et à imprimer de plus en plus leurs propres marchandises en 3D les transformera en «prosommateurs».

5.      Basculement vers un nouveau système financier

La récente crise économique et financière mondiale, associée à l’évolution des technologies, confronte toujours plus le système financier traditionnel à l’apparition de systèmes de paiement, d’épargne et de prêt alternatifs. Le système bancaire traditionnel a peut-être entamé un déclin irréversible. Il fait aujourd’hui face à la concurrence non seulement de systèmes financiers alternatifs proposés sur des plates-formes en ligne (p. ex. le prêt entre particuliers) et par de nouveaux acteurs (p. ex. Apple et son service de paiement mobile, M-Pesa, au Kenya), mais aussi de monnaies numériques (bitcoin). Les opérateurs postaux proposant des services financiers doivent se positionner dans ce nouvel ordre financier.

6.      Les pays émergents et en développement produisent et échangent de plus en plus

Alors que cette tendance ne s’était pas traduite dans les échanges postaux au cours des trois dernières décennies, désormais la part du trafic postal international entre les pays industrialisés décline, passant de 46,3% en 2011 à 33,3% en 2014 (selon les calculs réalisés par tonnage transporté via le système de l’UPU). Cependant, la convergence économique générale entre les pays industrialisés et les pays en développement semble encore plus rapide que la convergence postale.

7.      Evolution vers une économie plus circulaire et collaborative

On tend de plus en plus à créer de nouvelles plates-formes collaboratives pour donner et partager au lieu de commercialiser et vendre des produits et services. Une économie circulaire se développe en réponse à des préoccupations environnementales et de durabilité. Les jeunes générations préfèrent partager plutôt que posséder. En outre, le développement des inégalités incite les individus à trouver de nouveaux moyens d’accéder à un meilleur niveau de vie. Les entreprises, elles aussi, ont compris la valeur croissante de la coopération par rapport à la compétition, débouchant sur ce que l’on appelle désormais généralement la «coopétition».

8.      Révolution des données

Le futur de l’Internet des objets générera des quantités sans précédent de données produites par des machines et des détecteurs interconnectés, devant lesquelles les données de masse actuelles paraîtront bien minces. L’intelligence artificielle nourrie par des algorithmes intelligents appuiera, voire remplacera, le jugement humain. La logistique sera bouleversée par la révolution des données et l’Internet des objets. Les questions de sécurité et de protection de la vie privée seront largement débattues dans ce nouveau contexte révolutionnaire. Judicieusement gérées, les données de masse pourraient être la nouvelle énergie verte produite par des personnes pour d’autres personnes.

9.      Transfert démographique de pouvoir vers les générations numériques

Alors que plusieurs générations de personnes pensent encore de façon «analogique», les nouvelles générations sont «numériques» et ont un sens différent de ce qui constitue la valeur d’un service ou d’un produit.

10.    Equilibre des ressources et de l’environnement menacé

La durabilité n’est plus un sujet controversé, mais une exigence de développement dans la situation actuelle. Les solutions logistiques sous-tendant les activités commerciales et humaines sont en général inefficaces et coûteuses du fait de la multiplication actuelle des divers acteurs et de l’absence de synchronisation de leurs activités. L’Internet de la logistique reste à inventer pour relever le défi de la durabilité au XXIe siècle. L’Union postale universelle peut-elle devenir une Union logistique universelle?