Les données postales de masse, un atout pour le développement mondial

Miguel Luengo-Oroz, chef de recherche chez UN Global Pulse, explique pourquoi les données de masse issues du secteur postal constituent un bien public.

Miguel Luengo-Oroz prend le pouls des tendances mondiales (Photo: UN Global Pulse)

Union Postale: Que représentent les données de masse pour le développement?

Miguel Luengo-Oroz: Par données de masse, on entend l’énorme quantité de données générées par les gens au fil de leurs activités quotidiennes. Quand on passe un appel téléphonique, on envoie une lettre ou on achète quelque chose, on laisse à chaque fois une empreinte sous forme de données. Prises ensembles, ces millions de transactions révèlent de grandes tendances.

Si toutes ces données existent, elles ne sont généralement pas analysées ni exploitées par les pouvoirs publics ou les organisations internationales pour guider leurs décisions. Nous tenons pour acquis que le secteur privé prend des décisions rapides, car il sait ce que les clients font, achètent et vendent. 

En ce qui nous concerne, nous voulons que les décideurs publics bénéficient des mêmes informations à des fins de développement international, pour anticiper l’arrivée de crises mondiales, connaître en temps réel l’état des personnes et évaluer l’efficacité des programmes de développement.

A quel genre de données le projet Global Pulse s’intéresse-t-il?

Tout d’abord, les informations accessibles à tous en ligne, par exemple dans les médias sociaux. Il s’agit de l’empreinte numérique de ce que les individus ou les organisations publient elles-mêmes. Nous ne scrutons jamais les informations privées ou confidentielles.

Ensuite, il y a d’autres types d’empreintes numériques, qui sont habituellement aux mains du secteur privé; les données du trafic de téléphonie mobile par exemple. Nous ne nous intéressons pas au contenu des conversations, mais aux modèles de communication.

Après une catastrophe naturelle, on peut voir les mouvements de population en suivant le nombre de numéros de téléphone qui se déplacent d’un lieu à un autre. Ce genre d’informations améliore l’allocation des ressources après une catastrophe. Les données postales entrent dans cette catégorie

Pourquoi Global Pulse s’intéresse-t-il aux données du monde postal?

En discutant avec les économistes de l’UPU, nous avons appris que votre organisation disposait du plus gros volume de données physiques harmonisées en temps réel du monde. Ce sont les empreintes numériques de ce que fait la population mondiale.

Les données postales pourraient notamment combler le vide informationnel laissé par la fracture numérique dans les pays peu informatisés. Et l’idée de s’en servir comme variable de remplacement est très prometteuse.

Quel message voulez-vous faire passer à nos pays-membres?

Qu’ils disposent là d’atouts colossaux, et qu’ils peuvent se démarquer en coopérant à des projets pilotes avec Global Pulse et l’UPU.

 

Version intégrale

Union Postale, décembre 2013, page 12 (cliquer ici)

Liens utiles