Innovation: les postiers ont leur rôle à jouer

Philip Jennings, secrétaire général d'Uni Global Union, explique pourquoi son organisation, qui rassemble 1000 syndicats de 150 pays, mise sur l'innovation dans le secteur postal.

Photo: Uni Global Union

Que fait Uni Global Union?

Philip Jennings: Notre mission consiste à monter des syndicats et à les réunir pour améliorer les conditions de travail de nos membres, mais aussi pour donner un visage humain aux problèmes de la mondialisation qui touchent la majorité des travailleurs.

Le secteur postal, lui, quelle face la mondialisation lui montre-t-elle?

Le secteur postal est l’un des premiers secteurs économiques à avoir connu la mondialisation, en ayant rendu possible la communication entre les peuples au-delà des frontières nationales. Les services postaux ont cette éthique merveilleuse à laquelle nous sommes très attachés: le service universel à un prix abordable.

Le secteur postal est unique en ce sens, mais force est de constater que cette belle valeur est endommagée par une approche idéologique de la mondialisation. Et les services postaux n’y ont pas échappé.

En tant qu'organisation syndicale, nous adoptons une position offensive, car nous sommes convaincus que les services postaux en valent la peine.

Vous avez parlé de l’idéologie négative qui nuit au système postal. Que peuvent faire les employés?

D’abord, nous sommes face à une nouvelle dimension pour les secteurs de la poste et de la logistique. Notre rôle, en tant que syndicats, est de faire entendre la voix des travailleurs au sein du réseau postal traditionnel et des nouvelles entreprises privées sur le marché.

Nous pensons qu’il est important pour les opérateurs en place que les entreprises concurrentes soient aussi syndiquées. Par conséquent, le message que nous envoyons aux employés des nouveaux transporteurs est: syndiquez-vous! Nous rencontrons des gens courageux prêts à s’engager et à se syndiquer, mais ils ne peuvent pas le faire.

Le syndicat constitue un soutien fondamental pour les employés. Sa valeur ajoutée: un lieu où les employés peuvent partager leurs préoccupations, chercher des conseils et trouver des solutions innovantes.

Même si des changements idéologiques ont lieu, nombreux sont ceux qui souhaitent une mondialisation plus humaine et socialement responsable.

Compte tenu du marché actuel et de l’évolution économique de ces dernières années, certains pensent que les postes elles-mêmes et la notion de service universel sont dépassées.

Pas du tout. Nous, en tant que mouvement syndical, sommes attachés aux valeurs universelles de solidarité, de justice sociale et de responsabilisation.

Nous sommes là justement pour défendre ces valeurs fondamentales et  montrer que nous avons une organisation qui œuvre dans ce domaine.

Pour les services postaux, l’accès au service universel à un prix abordable est primordial, et cet objectif fondamental ne doit pas être sacrifié sur l’autel de la révolution technologique.

Les syndicats trouvent des solutions innovantes pour les postes. Alors que par le passé, nous insistions sur les aspects juridiques et opérationnels du service universel, nous réalisons aujourd’hui que ces discussions sont arrivées au point mort.

Nous ne cherchons pas non plus à soutenir les «reliques du passé», mais nous sommes convaincus de l’utilité du service universel, de la possibilité de développer de nouveaux services, même à l’ère des nouvelles technologies. Nous vivons dans un monde moderne, alors, pourquoi ne pas fournir des services postaux novateurs et en faire la publicité?

Comment Uni Global Union peut-il promouvoir ces questions d’innovation?

Vous entendez souvent que les syndicats se tournent vers le passé, mais ce n’est pas notre cas. Nous regardons vers l’avenir. Nous avons une responsabilité sociale envers nos membres, et notre credo est celui du changement constructif, pouvoir créer à partir de nos acquis, plutôt que de scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Les innovations que nous avons vues jusqu’à présent ont été motivées par une idéologie de bas coût, à savoir être compétitif du point de vue du prix et laisser l’innovation aux autres. Cela a eu pour conséquence de briser le modèle de fonctionnement des postes.

L’Union postale universelle devrait mener la bataille de l’innovation, et nous serons là pour le dire haut et fort.

Malheureusement, nous entendons ici et là que des conventions collectives se réfèrent encore au passé, que les conditions de travail décentes, les salaires équitables, les horaires de travail adaptés et la défense des retraites n’ont plus leur place dans le nouveau secteur postal. C’est faux… vous voulez démotiver votre main-d’œuvre et décrédibiliser votre direction? Nous non.

Comment vos syndicats réagissent ils lorsque vous parlez d’innovation?

Je suis impressionné par l’enthousiasme de nos syndicats. Ils sont piégés dans des tranchées et se battent pour l’intégrité de leur secteur. Ils luttent contre leurs gouvernements, qui cherchent à privatiser… il est difficile d’avoir les idées claires lorsqu’on est coincé dans les tranchées. Dès qu’on sort la tête, on risque de se faire tirer dessus.

Demandez à un facteur quels services supplémentaires il pourrait proposer. Il a plein d’idées. Il suffit de le lui demander. Nous avons dit à nos syndicats: l’innovation dans le service postal est aussi importante que les salaires, les heures de travail ou les retraites.

 

Version intégrale