Comment le service postal se remettra sur pied après la pandémie de COVID-19

10.07.2020 - La poste, un secteur mondial qui emploie plus de cinq millions de personnes et génère des milliards de dollars des États-Unis de revenus, a connu des changements titanesques

L'Union postale universelle existe depuis près de cent cinquante ans. Elle a survécu aux guerres, à la Grande Dépression et a connu de grandes évolutions dans le secteur: l'apparition de machines de tri électriques et le remplacement progressif des chevaux, des malles-poste et des bateaux à voiles pour le transport du courrier par des avions et des drones.

Comme tant d'autres secteurs, les postes ont été confrontées à de nombreux défis en raison de la pandémie de COVID-19. Fondée en 1874, l'UPU est une institution spécialisée des Nations Unies, mais elle est beaucoup plus ancienne que l'ONU, créée en 1945. Il est peut-être facile de négliger le rôle de la poste à l'ère du courrier électronique et du numérique, mais ce serait une erreur.

À la base, le secteur postal sert à façonner la communication. Et l'UPU n'a qu'un seul but: garantir un service postal international constitué par l'union des opérateurs postaux de 192 Pays-membres.

Aujourd'hui, les lettres ont été en grande partie remplacées par des petits colis et par le marché du commerce électronique en constante expansion utilisé par des centaines de millions de clients dans le monde entier. Le petit bureau de poste a été transformé. C'est aujourd'hui un espace du XXIe siècle qui offre des services financiers, notamment des transferts d’argent vitaux pour les familles de migrants dans les zones rurales et reculées.

Compte tenu de l'époque que nous vivons, il ne fait guère de doute que la pandémie a provoqué une crise sociale et économique sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Et comme tant d'autres secteurs, le service postal a lui aussi dû faire face à des défis.

Dans ce contexte, l'UPU a publié un rapport qui analyse l’impact de la pandémie sur le secteur postal international. Les résultats sont inquiétants: entre le 23 janvier et le 14 mai, les volumes postaux ont diminué de 21% par rapport à l'année précédente.

Pour bien comprendre la gravité de cette baisse, nous devons comprendre le contexte. Une grande partie de la poste à l’échelle mondiale reste prisonnière d’un no man's land logistique, quelque part entre ceux qui envoient et ceux qui reçoivent les envois postaux. Incapables de livrer en raison des annulations d'avion, les pays ont été contraints de stocker leurs envois internationaux tout en cherchant d'autres moyens de transport, tels que le train et le bateau.

Seul un envoi sur deux envoyé à l'étranger a été distribué avec succès depuis le mois de mai, soit une baisse significative par rapport à l'année précédente. En raison des restrictions liées au coronavirus, les délais de distribution et de dédouanement se sont également allongés. Au premier semestre de 2020, le courrier entre la République populaire de Chine et l'Europe, autrefois acheminé par avion jusqu'à sa destination, prend désormais douze à quatorze jours par train postal.

Les services financiers, qui représentent environ 16% des revenus postaux, sont eux aussi perturbés.  L'impact sur les activités économiques des migrants et de leurs familles risque d'être énorme. Ce sont des résultats inquiétants, jamais vus auparavant dans ce secteur, qui a toujours fait preuve de fierté depuis que je suis entré comme stagiaire en 1984 à la poste du Kenya. Ce secteur mondial qui emploie plus de cinq millions de personnes et génère des milliards de dollars des États-Unis de revenus, a connu des bouleversements titanesques.

Pour l'avenir, les opérateurs postaux sont face à trois scénarios possibles. Le premier scénario, le plus pessimiste, est que les opérateurs postaux ne pourront pas revenir à leur situation d’avant la COVID-19. Dans le deuxième, les prémices de la reprise apparaîtront mais le service postal ne pourra pas renverser la tendance à la baisse. Dans le troisième scénario, la normalité reviendra rapidement et nous pourrons saisir de nouvelles opportunités et procéder à des changements structurels positifs.

En tant que dirigeant de l'UPU, je veux prévoir le pire mais aussi aider le secteur à réaliser le scénario le plus optimiste. Voici comment nous pouvons y parvenir: d’abord, en renforçant la coopération tout au long de la chaîne logistique postale mondiale. L'UPU continuera à rassembler les opérateurs postaux dans le cadre de ses forums. Cela facilitera l'intégration des sites Web et, surtout, le recours aux services postaux en ligne, y compris aux technologies telles que le suivi et la traçabilité du courrier et aux applications mobiles.

Répondre aux demandes de tous les habitants doit être notre leitmotiv. Par ailleurs, nous devons continuer à faire en sorte que les opérations postales dans les pays en développement se digitalisent et saisir les opportunités du commerce électronique.

Il ressort également du rapport publié que les flux postaux entre les pays riches et les pays en développement sont les plus touchés. Il est clairement indiqué que les gouvernements, les régulateurs et les opérateurs postaux dans leur ensemble doivent contribuer à lancer les processus de numérisation et de libéralisation et répondre à l’évolution des demandes des citoyens en quête d’un service efficace et de meilleurs délais de distribution.

Trop souvent, les habitants de tous les pays considèrent la poste comme un secteur assez traditionnel. Cette situation doit changer. Sur le marché du commerce électronique, les opérateurs postaux peuvent être le catalyseur de ce changement.

Nous sommes déjà les facilitateurs de l'inclusion du commerce électronique dans le monde entier. Chaque jour, le service postal aide les petites entreprises à vendre leurs marchandises en ligne. Nous soutenons les petites et moyennes entreprises en leur donnant un moyen abordable et direct d'expédier leurs marchandises et de les livrer à leurs clients dans le monde entier. Ces entreprises n'ont donc plus besoin de traiter avec les agents de dédouanement, les distributeurs et les détaillants.

Enfin, nous devons continuer à innover. Après tout, la numérisation et des services en ligne plus efficaces ne sont pas seulement de nouveaux moyens d'améliorer la distribution, ils prouvent aussi l'engagement du secteur postal à mettre en œuvre ce changement.

Pendant la pandémie, les employés postaux ont été considérés comme des travailleurs essentiels, faisant courageusement leur tournée malgré la présence de ce virus mortel. La livraison de médicaments et de matériel médical par la poste a énormément aidé les personnes vulnérables, malades et isolées.

Presque tous les opérateurs postaux ont pu s'adapter et changer leur façon de travailler pendant cette crise. C'est une réussite incroyable. Si nous poursuivons cette volonté d'innovation, je pense que l'élan donné par la pandémie de COVID-19 fera progresser le secteur bien après la fin de la crise.

Bishar A. Hussein, Directeur général du Bureau international de l’Union postale universelle

 

Une version de cet article a été publiée dans la section Opinion/Comment de The National le 28 juin 2020. Pour consulter l’article original, veuillez cliquer sur lien: www.thenational.ae/opinion/comment/how-the-postal-service-will-get-back-on-its-feet-after-covid-19-1.1040093

Horizons
 

Comments

Comments (1)

  1. Dirk at 19.01.2016
    Test comment.

Write new comment

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.