Forum sur la régulation postale: le commerce en ligne «clique, paie, prie» et après?

27.04.2018 - Un événement spécial tenu lors du Conseil d'administration (CA) a réuni les régulateurs postaux du monde entier qui ont débattu de l’évolution du service postal universel (SPU).

M. Ndaro, Coprésident de la Commission du CA en charge de l’obligation de service universel, des règlements et de la régulation postale, a abordé l’avenir du commerce électronique dans son exposé introductif.

«La première responsabilité de tout régulateur consiste à protéger le consommateur», a déclaré Matano Ndaro, directeur de la concurrence, des tarifs et de l’analyse des marchés auprès de l’Autorité des communications du Kenya dans son exposé introductif au Forum sur la régulation, organisé à Berne (Suisse).

M. Ndaro, qui copréside la Commission du CA en charge de l’obligation de service universel, des règlements et de la régulation postale, a ensuite abordé l’avenir du commerce électronique. Il a comparé les attitudes du passé à l'égard du commerce électronique lorsque les clients devaient «cliquer, payer et prier», à la situation actuelle où le commerce électronique continue de croître rapidement en taille, en portée et en valeur.

Intitulée «Commerce électronique et modèles financiers répondant à l’évolution du service postal universel», la conférence a été ouverte par Kenan Bozgeyik, Président du Conseil d’administration, qui a félicité l’UPU pour l’organisation de cet événement.

«La communauté postale est une plateforme unique pour relever tous les défis stratégiques auxquels notre secteur est confronté, qu'ils soient opérationnels, commerciaux ou réglementaires», a déclaré le Directeur général de l’UPU, Bishar A. Hussein, lors de ses remarques liminaires.

Selon lui, la régulation postale est un outil important pour positionner efficacement le secteur postal afin que celui-ci puisse tirer parti des opportunités, mais aussi maintenir l'infrastructure essentielle et atteindre les objectifs de politique publique.

M. Hussein a cité une enquête de l'UPU de 2017 selon laquelle 43% des personnes interrogées prévoient des changements de politique en matière de prestation du service postal universel. Les répondants ont également noté que le coût du SPU, l’essor étonnant du commerce électronique et l’évolution des technologies influent directement sur les changements réglementaires. 

«C'est pourquoi le thème de cette conférence est particulièrement opportun et pertinent, car il traite du lien entre le commerce électronique et le service postal universel, en examinant à la fois les impacts sur la régulation et les opportunités offertes aux acteurs du secteur», a-t-il ajouté.

Le service postal universel est peut-être la philosophie qui sous-tend le secteur postal mondial. Grâce à lui, le monde bénéficie d'un service postal permanent, de qualité et d’un service postal de base en tout point du territoire, à un prix abordable, en tenant compte à la fois des besoins de la population et des situations de chaque pays. 

Selon les données de l’UPU, 102 Pays-membres ont mis en place une forme de mécanisme de financement du SPU; toutefois, la principale source de financement provient du gouvernement et/ou des revenus issus des activités relevant du domaine réservé. En revanche, les fonds spéciaux créés à cet effet constituent la première source de financement en Europe occidentale.

La conférence d'une journée a été divisée en deux tables rondes, la première portant sur le commerce électronique et le service postal universel: ses impacts et ses opportunités. Plus tard dans l'après-midi, les panélistes se sont penchés sur les nouveaux modèles financiers pour le service postal universel.

 

 

Réglementation
 

Comments

Comments (1)

  1. Dirk at 19.01.2016
    Test comment.

Write new comment

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.