Comment l’initiative mondiale en faveur de l’inclusion financière vise à ouvrir un accès universel aux services financiers

14.09.2018 - Il est estimé que deux milliards d’adultes dans le monde n’ont toujours pas de compte bancaire, mais que 1,6 milliard d’entre eux possèdent un téléphone mobile. Le programme «Mobile money» (argent mobile) a été lancé il y a un peu plus de dix ans au Kenya, et, depuis lors, les canaux numériques sont devenus la pierre angulaire des stratégies d’inclusion financière dans le monde entier.

L’initiative mondiale en faveur de l’inclusion financière est un programme de trois ans d’action collective pour faire avancer les travaux de recherche sur les services financiers numériques et accélérer l’inclusion financière numérique dans les pays en développement. Elle exploitera les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour étendre la portée du système financier.

Menée par l’Union internationale des télécommunications (UIT), la Banque mondiale et le Comité sur les paiements et les infrastructures de marché, avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates, l’initiative permettra de mettre en œuvre la vision énoncée dans les principes directeurs figurant dans le rapport sur les aspects de l'inclusion financière liés aux paiements de la Banque mondiale, dans le projet «Level One» de la Fondation Gates et dans les recommandations de l’UIT en matière de politique concernant les services financiers numériques.

L’initiative s’articule autour de deux axes complémentaires – un axe opérationnel et un axe privilégiant les connaissances.

L’axe opérationnel permettra de fournir l’assistance technique à la Chine, à l’Égypte et au Mexique, qui déploient des efforts pour créer des conditions politiques de nature à stimuler l’inclusion financière. Ces pays ont manifesté une forte volonté politique de développer l’inclusion financière au profit d’un grand nombre d’habitants. Ils réunissent les conditions nécessaires pour donner lieu à des études de cas précieuses pour d’autres pays de la planète.

L’axe privilégiant les connaissances permettra de faire avancer les recherches dans trois domaines d’importance vitale pour l’inclusion financière numérique. Trois groupes de travail étudieront trois aspects fondamentaux de l’inclusion financière numérique: la relation entre des systèmes d’identification fiables et l’inclusion financière, l'acceptation des paiements numériques par les commerçants et leurs clients et la sécurité et la confiance dans les services financiers numériques.

Trois colloques annuels dans le cadre de l’initiative doivent montrer les expériences nationales en matière d’inclusion financière numérique et permettre l’échange des dernières informations issues des trois groupes de travail. Le premier de ces colloques, tenu à Bangalore (Inde) du 29 novembre au 1er décembre 2017, a mis en lumière Aadhaar, le programme indien d’identification biométrique de renommée mondiale, et les fondements que ce programme fournit pour l’inclusion financière. Le colloque de Bangalore a montré que bâtir la confiance à l’égard des services financiers numériques exigera davantage de travail afin d’offrir une garantie de sécurité.

L’initiative mondiale en faveur de l’inclusion financière succède aux efforts déployés entre 2014 et 2016 par le Groupe spécialisé de l’UIT sur les services financiers numériques, qui a émis 85 recommandations en matière de politique concernant les services financiers numériques et produit 28 rapports thématiques.

La proposition de créer ce groupe était venue à point nommé. Nous avons constaté que d’excellentes études de cas avaient vu le jour et que des pays en développement avaient pris l’initiative quant à l’utilisation des moyens numériques pour accroître l’inclusion financière. Des novateurs commençaient à prendre leurs marques en bâtissant une vision pour l’inclusion financière numérique et en faisant mieux connaître leur environnement. Des entreprises de TIC et de services financiers commençaient à occuper un nouvel espace concurrentiel, et chaque secteur déterminait les avantages compétitifs qu’il pourrait tirer des différents niveaux d’expertise. Les régulateurs des TIC et des services financiers se sont, eux aussi, retrouvés sur un nouveau territoire partagé. Avec des missions et des compétences diverses, ils avaient des points de vue différents sur les opportunités et les risques liés à la finance numérique.

À la faveur de cette dynamique, de multiples efforts ont été déployés au niveau international pour fournir une orientation politique propre à encourager la poursuite de l’inclusion financière. Notre groupe spécialisé a réussi à apporter de la cohésion à tous ces efforts.

Ses travaux ont été alimentés par la collaboration de plus de 60 organisations d’une trentaine de pays. À la question de savoir ce qui faisait le caractère unique du groupe, les participants ont tous répondu qu’il s’agissait de sa diversité. Ce fut la première initiative ayant rassemblé tous les acteurs travaillant pour l’inclusion financière.

Le plus gros succès du groupe spécialisé est d’avoir insufflé un esprit de coopération auprès de participants très divers. Nous avons ouvert de nouvelles possibilités de communication pour créer une entente solide entre les divers acteurs de l'écosystème de la finance numérique, où l’innovation pourrait générer de la croissance et du progrès. Dans la prochaine étape de notre coopération, nous serons sûrs de parler la même langue. Le glossaire des services financiers numériques, publié par le groupe spécialisé et qui a été élaboré conjointement par l’UIT et l’UPU, apportera une contribution fondamentale à cet égard.

Notre groupe a su relever divers défis en mobilisant des savoir-faire différents. C’est exactement dans cet esprit que nous avançons. Une approche inclusive axée sur le partenariat qui caractérise l’initiative mondiale en faveur de l’inclusion financière est un modèle collaboratif que l’UIT a la satisfaction de soutenir. L’initiative représentera un modèle de comportement cohérent qui constituera le facteur déterminant dans nos efforts de réalisation des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

Cet article, soumis par l’UIT, est paru dans le numéro d’août 2018 de la revue Union Postale de l’UPU.

 

 

Nations Unies
 

Comments

Comments (1)

  1. Dirk at 19.01.2016
    Test comment.

Write new comment

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.