Les postes ont des défis à surmonter, mais l’innovation crée de nouveaux services, déclare le Directeur général de l’UPU au Kenya

20.06.2018 - Dans son discours d’introduction, le Directeur général de l’Union postale universelle (UPU) a fait l’éloge du «modèle unique» de l’Organisation des communications d’Afrique de l’Est (EACO) et appelé les postes à saisir les possibilités offertes par le commerce électronique.

Les technologies ont créé un grand nombre de possibilités pour les postes, a déclaré le Directeur général de l’UPU, Bishar A. Hussein, devant un parterre de régulateurs du secteur de l’informatique et des télécommunications, d’opérateurs postaux et de fournisseurs de service lors de la 25e réunion annuelle de l’EACO à Nairobi (Kenya).

 «La poste a su innover pour tirer parti des technologies et mettre en place de nouveaux services. Ces nouveautés, associées à son vaste réseau physique et des années d’expérience en matière de service à la clientèle, lui ont permis de rester compétitive sur le marché», a poursuivi M. Hussein. 

Il a ajouté que les plus grands bouleversements technologiques avaient eu lieu dans les domaines du commerce électronique et des services financiers, et a noté que l’Afrique de l’Est présentait un énorme potentiel pour ces services en raison de la solidité de sa connectivité Internet et de ses principaux centres commerciaux.

 «Avec une population très jeune et une classe moyenne en constante augmentation, la région est très prometteuse pour le commerce électronique. C’est là que se trouvent les véritables possibilités pour les postes», a-t-il ajouté.

 M. Hussein a reconnu que les technologies avaient également eu un impact sur l’économie postale à l’échelle mondiale. Il a affirmé que «la poste, en particulier dans le monde en développement, fait également face à des difficultés telles que l’insuffisance des financements et des infrastructures, ainsi que certaines obligations légales. Ces obstacles ont affecté et continuent d’affecter le secteur postal».

Le Directeur général de l’UPU a souligné le fait que l’Union travaillait conjointement avec ses partenaires africains pour la mise en place du projet Ecom@Africa. Ce projet vise à mettre en place un écosystème de commerce électronique inclusif et innovant entretenu par les opérateurs postaux grâce à une plate-forme en ligne.

M. Hussein a appelé les opérateurs postaux à diversifier leurs services et à tirer parti de la croissance des transactions électroniques pour renforcer leur rôle dans la chaîne logistique. «La diversification est le seul moyen sûr de garantir la viabilité des organisations postales dans un marché de plus en plus concurrentiel», a-t-il affirmé.

Abordant en détail les projets complets prévus pour la région, le Directeur général de l’UPU a déclaré que l’Union travaillait sur huit projets d’aide technique au sein de la région de l’Afrique de l’Est. Il a également souligné le récent lancement d’un projet régional de l’UPU pour les services postaux de paiement électronique en Afrique avec la participation d’une majorité des membres de l’EACO.

M. Hussein a fait l’éloge de l’EACO comme «modèle unique» de rassemblement des gouvernements, des régulateurs et des opérateurs de l’ensemble du secteur de l’informatique et des télécommunications, qui permet aux acteurs concernés de débattre des questions touchant le secteur. «Il s’agit là d’un des meilleurs modèles qu’il m’ait été donné de voir», s’est-il enthousiasmé.

En clôture de son discours, le Directeur général de l’UPU a discuté du rôle des opérateurs postaux dans la facilitation des envois d’argent, en particulier pour les migrants transfrontaliers, à des prix plus abordables.

L’UPU, en association avec l’Organisation internationale pour les migrations, travaille actuellement avec la poste du Burundi afin d’élaborer un système de transfert de fonds pour les migrants originaires du pays et installés en Europe.

Le 16 juin, avec un grand nombre de partenaires au sein et en dehors du système des Nations Unies, l’UPU a célébré la Journée internationale des envois de fonds familiaux, qui reconnaît la contribution financière des travailleurs migrants au bien-être de leur famille et au développement durable de leur pays d’origine.

Réglementation
 

Comments

Comments (1)

  1. Dirk at 19.01.2016
    Test comment.

Write new comment

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.