L’UPU optimise la formation en matière de sécurité

23.01.2020 - Un nouveau programme de renforcement des capacités mené par l’UPU vise à optimiser l’adoption de normes de sécurité de l’Union et à protéger la chaîne logistique postale contre les marchandises dangereuses

Alors que la transmission par la poste des opiacés de synthèse, des drogues illicites, des précurseurs chimiques et d’autres marchandises dangereuses devient un problème croissant, les autorités postales doivent reconnaître qu’elles ont la responsabilité juridique et morale de protéger la chaîne logistique de la poste contre ce péril. 

L’exposition à certaines de ces substances, telles que le fentanyl, peut présenter un risque sérieux pour les employés et les clients de la poste, ainsi que pour le public.

En réaction à cela, l’UPU a pris des mesures pour lutter contre ce type d’exploitation du réseau postal. Elle a notamment élaboré des normes de sécurité de base - appelées S58 et S59 - pour protéger le courrier, les employés et le public.  Le respect de ces normes est validé via un processus de certification de l’UPU.

Cependant, en présence de ces nouveaux défis sécuritaires, il n’y a plus assez d’experts pour répondre aux besoins en matière de formation et d’enquêtes.  Afin d’assurer une mise en œuvre durable et rapide des normes, l’UPU travaille au renforcement des capacités du personnel de sécurité postale dans les régions en développement, de manière à ce que tous les pays puissent obtenir la certification concernée.

Récemment, cet effort a été intensifié grâce au partenariat avec le Bureau des affaires internationales de stupéfiants et de répression (INL) du Département d’État américain et avec l’Organisation mondiale des douanes (OMD). Le résultat est un projet interrégional de renforcement des capacités en matière de sécurité postale, connu sous le nom de «Lutte des opérateurs désignés contre le transport de contrebande».

Ce projet conjoint vise à former les employés postaux dans les régions d’Asie-Pacifique, des Caraïbes et d’Amérique latine, non seulement pour qu’ils réagissent correctement aux envois postaux contenant des opiacés de synthèse et des précurseurs chimiques, mais aussi pour qu’ils forment à leur tour leurs collègues dans ce domaine.

Formation des formateurs

A cette fin, l’UPU a créé des groupes pilotes d’experts régionaux qui, après avoir suivi une formation collective et effectué une auto-évaluation de leurs opérateurs postaux respectifs, assumeront à terme le rôle de facilitateurs régionaux en matière de sécurité.  L’objectif est de créer un vivier de facilitateurs de sécurité au niveau régional pour aider à effectuer l’auto-évaluation et à mener des enquêtes sur site.

Dans le cadre de la formation, les facilitateurs auront acquis l’expérience pratique nécessaire grâce à un processus d’enquête simulé sous la supervision des experts du Service d'inspection postale des États-Unis, de l’Organe international de contrôle des stupéfiants et de l’UPU.

L’UPU a déjà formé des facilitateurs du Vanuatu, des Îles Salomon, de Nauru, de Saint-Christophe (Saint-Kitts)-et-Nevis et de la Barbade. Dans les mois à venir, ces groupes seront renforcés par des facilitateurs supplémentaires originaires entre autres d’Aruba, du Costa Rica et du Viet Nam.

A la suite de ces phases préparatoires, chaque région sera capable d’accélérer la dynamique de mise en œuvre des exigences de sécurité prévues dans la Convention de l’UPU.

Si vous souhaitez prendra part à ce programme, veuillez contacter Mme Dawn Wilkes (dawn.wilkes@upu.int) qui gère le Programme «Sécurité postale» de l’UPU. M. Pooran Parampath est l’Expert «Formation» et l’Expert régional «Caraïbes» de l’UPU.

Horizons
 

Comments

Comments (1)

  1. Dirk at 19.01.2016
    Test comment.

Write new comment

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.