Pascal Clivaz appelle les pays africains à participer aux discussions sur la rémunération

19.02.2019 - Le Vice-Directeur général de l’UPU, Pascal Clivaz, a engagé vivement les pays africains à rassembler leurs points de vue sur les discussions en cours concernant la rémunération postale et à les présenter au Conseil d’exploitation postale (CEP) et au Conseil d’administration (CA) de l’UPU lors de leurs réunions du mois d’avril.

Le Vice-Directeur général de l’UPU, Pascal Clivaz, a rencontré la Ministre déléguée à la communication de l’Afrique du Sud, Pinky Kekana, à Durban.

S’exprimant devant le 7e Forum annuel des entreprises postales de l’Association des opérateurs postaux d’Afrique australe, à Durban, en Afrique du Sud, M. Clivaz a appelé les acteurs de la région à participer à cet examen. 

«J’encourage vivement l’Afrique à participer activement à ces discussions, qui peuvent avoir des incidences très fortes sur le rôle de l’Union ainsi que sur les activités postales internationales» a-t-il déclaré.

Depuis une décision du CA au mois d’octobre 2018 à cet effet, des groupes de travail du CA et du CEP discutent de la rémunération de la distribution des petits paquets. M. Clivaz a déclaré avoir bon espoir qu’ils parviennent en avril à une décision à l’amiable sur les propositions qui en ressortiront.

Pour sa part, la Ministre de l’Afrique du Sud déléguée à la communication, Pinky Kekana, a déclaré que la poste devait s’adapter aux nouvelles réalités du marché en s’inspirant de l’exemple des meilleures pratiques mondiales.

«Il est important que les opérateurs postaux puissent couvrir leurs coûts. Toutefois, il est également important que, quel que soit le résultat des discussions, la décision ne crée pas une situation dans laquelle les opérateurs postaux de l’UPU perdront en compétitivité sur les segments de marché potentiellement rémunérateurs» a-t-elle dit.

La Ministre déléguée à la communication a appelé les Pays-membres de l’UPU à veiller à ce que les discussions actuelles sur la rémunération de portent pas préjudice à la situation de l’Union.

«Nous devons continuer de soutenir et de renforcer le système multilatéral. Je pense que les difficultés que rencontre aujourd’hui l’UPU peuvent être résolues et qu’il ne devrait pas être nécessaire qu’aucun pays ne quitte l’Union» a-t-elle ajouté.

Au même moment, M. Clivaz informait les participants au forum que les travaux préparatoires de la Stratégie postale mondiale d’Abidjan étaient en cours et que les tables rondes régionales devraient commencer bientôt.

«Le point de départ de notre réflexion, au Bureau international, est d’aboutir à une stratégie qui encourage la création de nouveaux produits et de nouveaux services qui rendraient la poste plus compétitive sur le marché» a-t-il annoncé.

Unions restreintes
 

Comments

Comments (1)

  1. Dirk at 19.01.2016
    Test comment.

Write new comment

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.